Turquie

Un long week-end à Istanbul entre l’Europe et l’Asie

4 jours à Istanbul.

Istanbul, c’est l’Orient et l’Occident, c’est l’Asie et l’Europe. C’est la seule ville au monde où l’on peut dans la même journée, être sur deux continents, rien qu’en traversant le détroit du Bosphore.

Istanbul qui fût Byzance & Constantinople, est aujourd’hui une capitale moderne et anarchique aux 15 millions d’habitants. Bâtie sur 7 collines, la ville est une mégalopole aux monuments millénaires et aux grouillements incessants.

C’est sur un long week-end de Pâques et sur les recommandations d’amis, que nous avons bouclé nos valises pour Istanbul. On pensait y trouver un peu de chaleur, raté ! Nous avons eu droit à 2 jours de pluie sur les 4 de notre séjour. Séjour trop long ou trop court ? On vous recommande un petit programme sur 4 jours. Et si vous avez une angoisse concernant la sécurité de la ville, sachez que nous passons sous autant de portiques de sécurité qu’à Paris. Suivez-nous pour 4 jours à Istanbul !

Bon à savoir avant de partir :

  • La Turquie et sa capitale Istanbul est relativement peu chère. En revanche, si l’on vous rabat pour entrer dans un magasin ou un restaurant, on vous appliquera le tarif touriste.
  • L’entrée dans les mosquées est gratuite !
  • Le Muezzin lance l’appel à la prière 5 fois par jour dans toute la ville, ça peut surprendre la première fois !
  • Si vous aimez les chiens et les chats, ils sont partout en ville.

S’envoler et arriver à Istanbul

Mention spéciale à Turkish Airlines qui proposait le meilleur prix et les meilleurs horaires sur ce long week-end.
Comptez environ 600€ pour deux aller/retour en vol direct (4h30 de vol). Depuis avril 2019, tous les vols internationaux se posent au nouvel aéroport international. Un monstre à 45 minutes de taxi du centre historique d’Istanbul. Hormis un bus, il n’y a pas encore de transport en commun qui desserve cet aéroport. Le taxi nous aura coûté 140 TRY (livre turque) soit 20€. Bienvenue dans un pays relativement peu cher.

Se loger à Istanbul

Nous avons logé dans le quartier historique de la ville : Sultanahmet au Rumours Inn. Très bon rapport qualité/prix, à moins de 100€ la nuit.
Gros coup de coeur pour la décoration moderne, la superbe terrasse avec vue sur le Bosphore et le petit déjeuner.

On vous le recommande si vous restez 2 nuits et que vous concentrez votre visite sur les lieux historiques (et donc touristiques). On aurait préféré loger de l’autre côté du pont Galata dans le quartier de Karaköy ou celui de Besiktas, plus authentiques à notre goût.

Point transport

On vous conseille de vous munir de l’IstanbulKart. C’est une carte rechargeable utilisable pour tous les transports à Istanbul. Vous pourrez recharger sur les machines. Attention, elles ne prennent que des billets et ne rendent pas la monnaie. Comptez 6TRY la carte que vous pouvez utiliser pour deux personnes. Sinon, vos pieds vous amèneront quasiment partout.

Jour 1 : Grand Bazar • Bazar Egyptien • Mosquée de Sultanahmet

Le Grand Bazar

Notre première impression d’Istanbul est sous la grisaille mais nous sommes profondément motivées pour commencer notre exploration. Pour ne pas trop se mouiller on commence donc par le Grand Bazar. Un incontournable de votre séjour à Istanbul ! C’est le plus grand marché couvert d’Istanbul avec des centaines de petites boutiques dans un labyrinthe de ruelles.

Vous trouverez de tout : bijoux, tapis, maroquineries contrefaites, bibelots, mais possiblement rien dont vous n’ayez vraiment envie :p . On vient ici pour le folklore. Le Grand Bazar porte très bien son nom. On vous conseille de flâner, de faire le touriste et d’observer le bal incessant des livreurs de thé.

Le Bazar Egyptien

A quelques mètres du Grand Bazar, après avoir descendu quelques rues en enfilade, le bazar à épices ou Bazar Egyptien mettra votre odorat à l’épreuve. C’est un vrai plaisir de parcourir les stands d’épices et de fruits séchés aux couleurs et aux parfums enivrants.

On aurait presque envie de tout dévaliser. C’est pas forcément l’endroit idéal pour acheter vos produits car les prix affichés sont beaucoup plus élevés que les échoppes à l’extérieur du bazar. Venez visiter le bazar égyptien pour combler vos yeux.

Mosquée Süleymaniye ou de Sultanahmet

On vous l’annonce tout de suite : gros coup de coeur pour cette magnifique mosquée ! Il faut avancer au coeur du quartier autour du Grand Bazar et monter une colline pour découvrir la mosquée de Soliman le Magnifique. Ici, peu ou pas de touriste et ça fait un bien fou.

Cette mosquée est vraiment impressionnante. La coupole rappelle celle de Sainte-Sophie ainsi que le sentiment de grandeur et de transparence.

On profite du cadre bucolique et de la vue sur la corne d’Or. Pour une option vue à 360° au prix d’un verre (vraiment pas cher), foncez au Mihrisah Cafe.

Jour 2 : Sainte-Sophie • Palais de Topkapi

Parc de Sultanahmet

C’est le coeur spirituel d’Istanbul, d’un côté Sainte-Sophie et de l’autre la Mosquée Bleue. Ce jardin, magnifique à la saison des tulipes, occupe les ruines du jadis Grand Palais de Byzance.

Ne manquez pas, l’hippodrome, cette arène rectangulaire, juste à côté du parc, où les empereurs byzantins s’adonnaient aux courses de chars. Au fond de cette place, vous ne raterez pas une obélisque égyptienne.

Sainte-Sophie

Merveille architecturale et bâtiment emblématique d’Istanbul, nous attendions avec impatience de découvrir l’église Sainte-Sophie. Eglise à l’époque byzantine en 537, mosquée en 1453 et musée depuis 1935, Sainte-Sophie est l’un des monuments les plus grandioses au monde.

Comptez 60 TRY/pers (soit 8,9€) pour l’entrée. Vous ne serez pas les seuls à avoir l’idée de visiter Sainte-Sophie, alors faites comme nous et venez sur l’heure du déjeuner pour moins de 30 minutes d’attente.

A l’intérieur, une impression d’immensité nous saisit. La nef sans colonne donne une impression de grandeur à l’édifice et la magnifique coupole semble flotter à 56m de hauteur. Vous rajoutez les mosaïques et le marbre et vous êtes émerveillés. Cependant, il y a un boulot de restauration à entreprendre très vite.

Aussi belle à l’intérieur qu’à l’extérieur, nous n’avons que peu de mots pour découvrir Sainte-Sophie. Incontestablement, l’une des plus belles églises que nous ayons eu l’occasion de visiter (après la Basilique de Saint-Pierre à Rome).

Le Palais de Topkapi

Siège du sultanat ottoman entre le XV ème siècle et le XIX ème siècle, le Palais de Topkapi est un vaste ensemble de palais et de jardin. Comptez 60 TRY/pers (soit 8,9€) pour l’entrée et 25 TRY/ pers (soit 2,5€) pour l’option visite du Harem (à ne pas manquer). On imagine bien, les sultans, les courtisans, les concubines et les eunuques mener la vie de cour dans ces lieux.

Prenez le temps qu’il faut pour apprécier la richesse des décors. Mention spéciale pour la bibliothèque d’Ahmet II et les pavillons de la quatrième cour qui offrent une vue magnifique sur le Bosphore.

Le Harem, c’est le nom donné aux appartements privés du sultan et de sa famille. De nombreuses chambres, salles de réceptions, cours privées, c’est plus de 300 pièces richement décorées. Cette visite est un moment hors du temps.

Jour 3 : Balade gourmande avec Too Istanbul

A moment de préparer cette escapade, nous avons trouvé TooIstanbul, blog francophone proposant des visites guidées thématiques dans Istanbul.
Nous avons pu tester l’une d’elle : la promenade culinaire et culturelle à Istanbul. C’est une journée guidée dans les quartiers de Besiktas (rive européenne) et d’Uskudar (rive asiatique) pour goûter un grand nombre de spécialités culinaires turques. On vous en parle ici => Istanbul : balade gourmande à la découverte des spécialités turques.

TEASING : C’est la meilleure journée de notre séjour à Istanbul !

Jour 4 : Mosquée Bleue • Citerne Basilique • Palais de Dolmabahçe • Place Taskim • Quartier de Karaköy et la tour Galata

La Mosquée bleue

Principale mosquée de la ville qui fait face à Sainte-Sophie, la Mosquée bleue doit son nom aux carreaux de faïence bleus qui ornent ses murs (plus de 21 000).

On ne peut pas tellement vous parler de l’intérieur, car elle était en travaux (après 30 minutes d’attente pour y entrer tout de même).

A l’extérieur, elle est vraiment sublime et sa particularité, c’est qu’elle arbore six minarets, contre quatre habituellement. Attention, elle est fermée aux horaires de prières (5 par jour). Les femmes doivent se couvrir la tête et il faudra retirer vos chaussures pour entrer.

Citerne Basilique

A côté de Sainte-Sophie et de la Mosquée Bleue, la Citerne Basilique est la plus grande citerne byzantine subsistant à Istanbul. C’est un lieu assez surprenant avec un taux d’humidité à + de 70% et plus de 300 colonnes de marbre et de granit. La balade se fait dans la pénombre du lieu au milieu de flaques d’eau. Certaines colonnes sont finement sculptées dont deux à tête de méduse.

On regrettera de rentrer dans ce lieu à la chaîne et d’être plus que bousculées pour en apprécier l’originalité. Comptez 20 TRY/ pers (soit 3€).

Le Palais de Dolmabahçe

On quitte le quartier de Sultanahmet pour les rives du Bosphore de l’autre côté du pont Galata. On monte dans le Tram pour rejoindre les jardins du Palais de Dolmabahçe. Une amie turque, nous avait déconseillé de visiter (trop touristique à son goût). Elle a visiblement eu raison quand nous avons entendu les plaintes à la sortie du monument.

Pour nous, il était l’heure de faire une pause apéro avec vue sur la Corne d’Or, le célèbre estuaire qui sépare Istanbul entre sa rive Européenne et sa rive Asiatique.

La place Taksim & le quartier Karaköy

Depuis les rives du Bosphore, au port de Kabatas, on monte dans un funiculaire (le Taksim-Kabataş), qui nous emmène en haut de la colline de Taksim en seulement 150 secondes. Cela vous évitera une montée assez éprouvante. On ne pouvait pas être à Istanbul et ne pas se rendre sur la place Taksim. C’est sur cette place qu’ont lieu tous les rassemblements populaires dont ceux de 2011.

On peut ensuite descendre, la très très touristique et commerçante, avenue Istikal. Nous resterons que quelques minutes avant de nous perdre dans les ruelles alentours.

Le quartier Karaköy & Galata

Nous avons adorées flâner dans les ruelles de ce quartier truffé de coffee shop, de bars et de lieux alternatifs. C’était dimanche après-midi et nous avons passé un peu de temps à la terrasse du Tea or coffee à observer les stambouliotes profiter de leur week-end.

Nous avons choisi de rentrer à pied jusqu’à notre hôtel à Sultanahmet en se baladant dans le quartier de Karaköy. Nous sommes passées devant la tour Galata, une tour datant de 528 qui offre un point de vue à 360° sur Istanbul. On passe notre tour car nous avons une autre idée pour un « spot vue ».

Pêcher sur le pont Galata, vraiment ?

On nous avait recommandé de manger dans un boui-boui de poissons sous le pont Galata. Alors on s’y apprêtait, mais ça c’était avant de passer sur le pont. Explications ! Le pont Galata, il enjambe la Corne d’Or et relie le quartier de Sultanahmet à celui de Karaköy. En passant sur le trottoir au-dessus du pont, nous avons observé pendant de longues minutes, les dizaines de pêcheurs jeter leur ligne, accoudés à la barrière. Le spectacle était vraiment sympa à voir.

Et là, on a eu l’idée de se pencher pour regarder l’eau ! Nous n’aurions jamais dû faire ça, malheur ! L’eau était jonchée de déchets en tous genres (canettes de soda, plastiques, morceaux de pains) mais également de centaines et centaines de petites méduses. De quoi nous dégoûter de manger là…

Nos bonnes adresses de Boui-Boui pour manger local

  • Dans une des rues parallèle au Bazar Egyptien, pour un kebab poulet : Osmanli Kebapcisi.
  • Pour un déjeuner typique sur le pouce dans une des ruelles du Grand Bazar : Gaziantep Burç Kebap.
  • Pour un vrai boui-boui très local avec prix à la tête du client (donc moins cher pour deux belles blondes :p ) : Yabanci Pide & Kebap Cafe

Quelques réflexions…

Souffrir du tourisme de masse

Très vite, nous avons déchanté de ne pas être les seules a avoir eu l’idée de visiter Istanbul en Avril. On a vraiment souffert de cet effet de masse dans les rues du quartier Sultanahmet. On compare d’ailleurs certains trajets à un changement de scène lors d’un festival de musique et du mouvement de foule qui s’accompagne. Etre sans-cesse bousculé, c’est vraiment pas agréable. Nous pensons d’ailleurs, que ça a pu altérer notre engouement pour la ville.

Et puis, il y a eu le tourisme de la bêtise, qui s’agglutine devant les mêmes endroits, pour les mêmes « super spots » et qui ne regarde plus qu’au travers de son appareil photo ou du bout de sa perche à selfie. Nous avons été par moment choquées.

Etre une femme en 2019 à Istanbul

On était (un peu) inquiètes du regard des hommes. Pour nous, pas de problème particulier lorsqu’on respecte quelques règles fondamentales de décence. Par contre, il nous a fallu accepter de passer 5 jours « à notre place » : derrière l’homme. On a arrêté de compter le nombre de fois où des hommes sont passés devant nous dans une file d’attente par exemple. Notre esprit optimiste met cela sur le compte de l’impolitesse…

Par contre, nous n’avons pu empêcher notre esprit de féministe convaincue, d’observer des comportements intolérables. Du type, un homme claque des doigts en sortant d’une pièce pour appeler sa dame. Grand respect à toutes les femmes turques qui se battent chaque jour pour vaincre ce patriarcat encore trop contagieux.

Insolite

Pendant tout le séjour à Istanbul, nous avons croisé des personnes avec de gros pansements sur la tête et la boule à zéro. On était interloquées et puis on a eu la réponse, grâce à notre guide lors de notre balade gourmande. La transplantation capillaire est une spécialité des nombreuses cliniques d’Istanbul alors, ami lecteur avec un début de calvitie, Istanbul est vôtre destination 🙂 .

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez avoir un premier aperçu d’Istanbul, on vous conseille la nouvelle série turque de Netflix : The Protector.
Hakan, un jeune homme ayant grandit dans le Grand Bazar découvre qu’il est le Protecteur, un homme chargé de sauver Istanbul des immortels qui souhaitent sa destruction. Une épopée fantastique ayant pour lieu de tournage les ruelles d’Istanbul. Une série événement en Turquie.

5 jours entre modernité et tradition, Istanbul a énormément à offrir. Sachez pousser au-delà de ses monuments et du tourisme de masse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: