Éléphants au pied du Kilimandjaro dans le parc Amboseli Kenya
Afrique

10 jours au Kenya : l’aventure safari en janvier

« Nants ingonyama bagithi baba ». C’est avec les premiers mots chantés du générique du dessin-animé Le Roi Lion que l’on ouvre notre article sur le Kenya. Le Kenya, rien que de le nommer, les images défilent dans notre tête. La savane africaine, les grands espaces, l’aventure avec un grand A mais surtout la vie sauvage, les animaux par milliers dont les plus beaux et les plus grands : l’éléphant, la girafe, le lion, le guépard, l’hippopotame et la liste est longue…

Le Kenya, c’est une quarantaine de parcs nationaux et de réserves qui offrent le bonheur d’observer les animaux dans leur milieu naturel lors d’un safari, « voyage » en swahili. Les Kenyans ont bien compris que leurs animaux étaient une richesse et la politique du pays est entièrement tournée vers la préservation de sa faune. Ici c’est le royaume des Big Five (lion, léopard, rhinocéros, éléphant et buffle) mais la chasse y est strictement interdite depuis 1977. Un gros bon point pour le pays et pour nous !

Le Kenya, nous ne l’avions pas forcément envisagé par peur du tourisme de masse. Mais en pleine pandémie la liste des pays ouverts n’était pas bien longue. Rassurées par des collègues blogueurs, nous avons choisi de partir à l’aventure pour un safari de 10 jours en janvier 2021. Quel bonheur d’avoir cette chance folle de pouvoir partir en pleine pandémie mondiale !

Dans cet article, on vous dévoile notre itinéraire, nos conseils avant votre départ et pendant votre voyage. Et surtout, nous partageons un de nos rêves d’enfant : un voyage entièrement tourné vers l’observation et la recherche des animaux. Vous nous suivez ?

KARIBU KENYA !

Organiser son voyage au Kenya

Habituellement, toutes nos escapades sont concoctées par nos soins à l’aide de conseils de blogueurs et de guides voyages. Pour ce séjour, nous avons décidé de faire appel à une agence locale. D’abord par manque de temps et puis parce que trouver les animaux dans la savane, ça demande un certain savoir-faire que nous n’avions pas 🙂 .

Faire confiance à un guide local !

Comme lors de notre séjour à Madagascar en 2019, nous avons décidé de faire confiance à un guide local indépendant : Erique & Tours. Eric est un guide francophone kenyan qui nous a été recommandé par la communauté Le Routard, les avis étant plus qu’élogieux. Avant de partir, nous avons établi le circuit de notre séjour avec lui. Nous avons opté pour un voyage privatif en 4×4 jeep, toutes les deux avec un chauffeur-guide. Il a tout organisé (réservation du véhicule, des logements…). Eric s’est d’ailleurs plié en 4 pour nous permettre de le régler par carte bancaire (afin d’être couvertes par notre assurance en cas de pépin Covid).

Sur place, il nous a accueilli à l’aéroport et nous a confié à un des guides de sa petite entreprise : Emmanuel. C’est avec lui que nous avons partagé les 10 jours de notre séjour. Emmanuel est un débusqueur d’animaux sauvages hors pair. Il a l’œil du photographe pour positionner la voiture dans le bon angle pour prendre la bonne photo. A l’écoute de nos envies, toujours de bonne humeur et d’un naturel calme et posé. Il nous a accompagné avec bonheur pendant notre safari. Nous vous le recommandons chaleureusement.

Le fait que nous ne soyons que deux, nous a permis d’organiser nos journées comme nous le voulions. Emmanuel nous proposait chaque soir le déroulé de la journée du lendemain. En général, une journée s’organise avec un départ aux aurores, un retour à l’hôtel pour le déjeuner, du repos pendant les heures les plus chaudes et départ pour un nouveau safari au coucher du soleil.

Voyager en pleine pandémie mondiale, c’est possible ?

Vous êtes nombreux à nous avoir contacté sur les réseaux sociaux quand nous avons posté nos premières aventures kenyanes, avec une question : « Comment avez-vous fait pour voyager ?« .

D’abord, on a osé ! A la fin du mois d’octobre 2020, lors de l’annonce du second confinement par le Gouvernement, nous avons tout misé sur le fait que nous serions autorisées à quitter le pays au moment des fêtes de fin d’année. Optimistes par nature et avec une folle envie d’ailleurs, nous avons acheté nos billets d’avion. Nous avons attendu le milieu du mois de novembre pour réserver les services de notre guide en nous assurant des conditions d’annulation et/ou de report.

En décembre 2020, pour se rendre au Kenya, il fallait un test PCR négatif 72h avant de monter dans l’avion puis remplir un questionnaire sur l’honneur d’absence de symptômes. Pour être autorisé à sortir de l’aéroport au retour en France, il fallait un test PCR négatif aussi. Soit vous le faites sur votre lieu de vacances, soit auprès de la protection civile lors de votre débarquement. Pour avoir les dernières informations à jour sur les conditions de voyage au Kenya, c’est par ici.

Kenya : tout savoir avant de partir

Le Kenya se situe à l’est du continent africain, juste au niveau de l’équateur. Il est bordé pas plusieurs pays voisins : le Soudan et l’Ethiopie au nord ; la Somalie à l’est ; l’Ouganda à l’ouest et la Tanzanie au sud. Le pays est légèrement plus grand que la France et compte environ 50 millions d’habitants dont seulement 3,5 millions à Nairobi sa capitale.

On y parle le Kiswahili et l’Anglais, langue vestige de l’ancienne colonie Britannique qu’était le Kenya, il n’y a encore pas si longtemps. Et oui, le Kenya est indépendant depuis 1959 seulement. Le pays est composé de plusieurs ethnies et groupes ethniques (une quarantaine) dont les Kikuyu constituent le plus important groupe. Les Massaï sont l’ethnie la plus célèbre et pourtant très minoritaires car représentant moins de 2% de la population kenyane.

Les Massaï ont traversé la colonisation en restant farouchement attachés à leurs traditions. Traditions qu’ils partagent avec les voyageurs en pratiquant notamment le rituel guerrier des danses transcendantes dans lesquelles ils sautent très haut en l’air, associé à un chant guttural et caverneux assez impressionnant on vous avoue.

Point sur l’économie du pays

Avec un PIB par habitant d’environ 1700$, plus d’1/3 de la population kenyane vit sous le seuil de pauvreté. Un constat alarmant alors que le pays a de sacrés atouts économiques ! D’abord son agriculture. Le Kenya est le premier producteur mondial de café, de thé et de fleurs coupées. (Nous en reparlerons lors de notre passage au lac Naivasha).

Le Kenya, c’est aussi le tourisme et notamment celui lié au safari. Le pays accueille près de 2 millions de visiteurs par an ce qui génère 20% du PIB. Enfin, sa position géographique stratégique attire les investisseurs étrangers et notamment les chinois qui oeuvrent à la création de la ligne ferroviaire qui traversera le pays d’est en ouest de Mombasa à Kigali au Rwanda. Une intervention bienvenue pour le pays mais qui fait grincer des dents les Kényans (Emmanuel, si tu nous lis 🙂 ).

Hakuna Matata = sans soucis !

Le Kenya n’est pas dangereux même s’il y a de la délinquance et de l’insécurité comme dans beaucoup d’autres pays du monde. Vous êtes dans un pays dit « pauvre », à vous d’adopter des comportements de prudence. Eviter d’exhiber votre richesse matérielle (montre, bijoux), soyez respectueux des coutumes/traditions et ne sortez pas seul la nuit par exemple.

Le pays étant très tourné vers le tourisme, tout est fait pour s’y sentir en sécurité. Le Ministère des affaires étrangères déconseille fortement de voyager autour de la frontière nord avec la Somalie en raison du risque terroriste. Les conditions sanitaires sont plutôt bonnes. Vous aurez l’eau et l’électricité partout. On vous conseille de consommer l’eau en bouteille, car même les Kényans la font bouillir avant de la boire. A noter qu’aucun vaccin n’est obligatoire mais celui de la fièvre jaune est recommandé.

Comment s’y rendre ?

Depuis la France, comptez 8h d’avion. L’avantage d’un voyage vers le sud du continent africain, c’est qu’il y a peu de décalage horaire : 1h en été et 2h en hiver.

Pour vous rendre au Kenya, il vous faut un passeport valable 6 mois après votre date de retour et un visa obligatoire à 45€. Vous pouvez le faire en ligne sur le site officiel de l’immigration ou en arrivant sur place. A noter qu’il y a de nombreux documents à fournir, notamment une photo d’identité récente et la copie d’un justificatif de voyage (ex : billets d’avion, confirmation de réservation d’un hôtel).

Le budget ?

On ne va pas se mentir, un safari coûte cher ! Il faut compiler les prix élevés d’entrée dans les parcs (comptez 60$/jour/pers au Masai Mara par exemple), la location d’une jeep, les services d’un chauffeur/guide et le coût assez astronomique des logements au sein des parcs.
Par chance, nous avons un bon plan : voyager en pleine pandémie mondiale !! On rigole mais le fait de voyager à cette période, nous a permis de bénéficier de prix très compétitifs sur les lodges. Et puis, un autre bon plan : faire appel et confiance à un guide local pour votre voyage. Pour vous donner une idée, un voyage de 10 jours fin décembre / début janvier 2021 nous a coûté 2 000€ par personne vol compris.

La monnaie locale est le shilling kenyan : 1€ = 115 Ksh. Si vous partez avec une agence, vous aurez en général déjà tout réglé à l’avance ou en arrivant sur place. Prévoyez tout de même de l’argent liquide en shilling et en dollar. La culture du pourboire est très ancrée (et complètement indépendante de la notion de satisfaction). Il sera attendu partout et pour tout. D’ailleurs, ça peut vite faire grimper la note.

10 jours de safari au Kenya : notre itinéraire

On vous entend déjà. Mais… 10 jours uniquement en safari, ce n’est pas trop long ? Et bien non ! Première chose à savoir, il y a toute sorte de safaris : en 4×4, à pieds, à vélo et même en bateau ! Et les parcs sont tous très différent.

Masai Mara : la réserve pour voir tous les animaux !

C’est la réserve avec un grand R. La plus connue et la plus fréquentée du pays et c’est normal, car c’est ici que vous aurez le plus de chance d’observer les Big Five. Le Masai Mara, c’est le côté kényan de l’immense parc Serengeti en Tanzanie. Réserve qui a inspiré le Roi Lion mais également lieu de tournage de plusieurs scènes du mythique film Out of Africa.

La réserve est notamment connue car c’est ici qu’a lieu la grande migration des gnous. Chaque année à partir du printemps et pour quelques mois, entre 1 à 2 millions de gnous quittent le sud du parc du Serengeti pour rejoindre le Mara où l’herbe est plus verte.

L’un de nos moments les plus incroyables au Masai Mara : l’observation d’un léopard et de son bébé pendant plusieurs longues et merveilleuses minutes.

Trois jours au coeur du Masai Mara

Sur les conseils de plusieurs blogueurs, nous avons décidé d’y passer un peu de temps. Trois jours pleins pour commencer notre safari de 10 jours. C’est donc directement à la sortie de l’avion à Nairobi que nous avons pris la route direction le Masai Mara. Comptez cinq heures de trajet.

Nous avons logé au Mara Fig Tree Camp. Un camp à l’intérieur du parc qui propose des tentes de luxe juste à côté de la rivière Talek. Un superbe endroit dépaysant qui nous a tout de suite charmé. Notre tente avec vue sur la rivière, nous a offert des nuits magiques au son des grognements des hippopotames. La tente offre tout le confort, l’électricité le matin et le soir et de l’eau chaude dans la salle de bain. Les repas sont compris et heureusement car vous êtes au cœur du parc, il n’y a donc rien aux alentours. Le restaurant propose une cuisine traditionnelle et continentale en libre-service et le personnel est aux petits soins pour vous.

Et les animaux ?

Le Mara, c’est 1 500 km2 de possibilité d’observer les animaux. Et il ne faudra pas trop chercher, ils sont partout ! Au bout d’une heure dans la réserve, nous avions déjà vu des girafes, des éléphants et un guépard.

Le vrai plus d’avoir un guide, c’est qu’il est équipé d’une radio en contact avec les autres véhicules présents dans la réserve. Donc quand il y a un félin notamment, les guides sur zone le signalent aux autres, et la jeep s’élance à toute vitesse pour s’y rendre. Sans le guide, nous n’aurions jamais eu la chance d’observer cette femelle léopard et son bébé de si près. Un moment magnifique.

Autre moment d’anthologie. Ce jour où, en fin de safari, sur le retour direction le lodge, nous croisons deux lionnes et cinq lionceaux qui avancent vers nous. Les meilleurs moments ne sont pas lorsque nous allons aux animaux mais lorsqu’ils viennent à nous !

Quelques dérives tout de même…

Qui dit réserve la plus fréquentée, dit aussi quelques dérives… Au Masai Mara, il est « théoriquement » interdit de faire du hors piste mais la peur du ranger n’arrête pas toutes les voitures.

Nous sommes dans une réserve gérée et habitée par les Maasaï. La tribu vit principalement de l’élevage de bétails mais le tourisme fait vivre aussi quelques Maasaï en tant que guide-chauffeur. Alors quand l’un d’eux s’engage en dehors des pistes balisées, tous les chauffeurs se disent avoir la permission de le faire. Cela peut créer des scènes affolantes et gênantes de dizaines de voitures autour d’un animal au milieu de la savane.

Nous avons vécu cela qu’au Masai Mara. Ailleurs, nous étions dans des parcs gérés par l’Etat et où les rangers du Kenya Wildlife Service (KWS) étaient beaucoup plus vigilants sur le fait de ne pas déranger les animaux.

Au cœur de la vallée du Rift

La vallée du Rift, c’est une énorme faille tectonique qui disloque petit à petit l’est du continent africain. Au Kenya, elle se caractérise par des falaises et de vastes plans d’eau dont le plus élevé, à 1884 m est le lac Naivasha. Nous avons choisi de venir dans la région pour la diversité des espèces d’oiseaux, pour rencontrer les hippopotames mais également pour se balader à pied et à vélo avec les animaux.

Au plus près des hippopotames sur le lac Naivasha

Nous avons logé au Lake Naivasha Crescent Camp, dans un lodge au bord du lac. Le logement était confortable et spacieux, le tout posé dans un écrin de verdure très agréable. Nous y avons passé un week-end et avons pu tester le safari en bateau pour nous rendre à Crescent Island et au plus près des hippopotames qui vivent dans le lac.

Crescent Island, c’est une presqu’île que l’on peut rejoindre soit par la route, soit en bateau. Accompagnées d’un guide, nous marchons une bonne heure entourées des gazelles de Thomson, de troupeau de gnous et des zèbres. Nous avons même eu l’énorme privilège d’être au plus près de girafes.

Nous avons vécu le lac par temps de pluie, ce qui a pu en parti, nous donner un avis mitigé sur le coin. Le lac est très pollué par les milliers de serres qui poussent autour, signe de la production industrielle et intensive des roses et des haricots verts. Pour l’anecdote, 60% des fleurs coupées exportées par le Kenya, viennent de cette région et ça se voit sur le paysage ! Et puis pour des raisons géologiques et climatiques, le niveau de l’eau s’est beaucoup élevé noyant de nombreuses infrastructures touristiques. Les bords du lac sont donc impraticables et il faut monter sur un bateau pour le découvrir. Vous l’aurez compris, ce n’est pas la partie du voyage que nous avons préféré.

Un safari à vélo dans le Parc National de Hell’s Gate

C’est grâce à l’absence de prédateurs sur le parc, que nous avons pu enfourcher un VTT et partir pour une matinée de balade au cœur de hautes et spectaculaires falaises basaltiques qui caractérisent le décor du Hell’s Gate. 14 kilomètres à vélo magiques et magnifiques auprès des animaux, le bonheur ! Ces paysages nous ont rappelé l’Ouest Américain.

Au pied du Kilimandjaro, le parc national d’Amboseli

Au pied du plus haut sommet d’Afrique mythique et fascinant, le Kilimandjaro surplombe le parc d’Amboseli, royaume des éléphants. Vous l’avez l’image des éléphants broutant dans les marécages au pied du Kilimandjaro, neige éternelle au sommet ? La voilà !

Nous avons logé trois nuits au Ol Tukai Lodge, le coup de cœur logement de notre voyage. Le plus bel endroit que nous ayons eu l’occasion de tester depuis le début de nos escapades.

Ici au Ol Tukai Lodge, c’est safari piscine 🙂

Imaginez au coeur du parc, dans un écrin de verdure de brousse, un hôtel tout en bois, immense, décoré avec goût. Deux ailes, l’une vue éléphants et l’autre vue montagne. Des petits lodges intimistes avec des chambres tout confort et le graal, la fenêtre de la chambre qui offre la vue sur le Kilimandjaro ! Un endroit fabuleux, à couper le souffle ! Rien que de l’écrire, nous y sommes de nouveau.

Amboseli, le royaume des éléphants

Vous êtes ici au royaume des éléphants et les troupeaux sont très nombreux. Nous en avons vu des dizaines et des dizaines, dont pleins de bébés, signe que les éléphants se portent bien dans le parc d’Amboseli.

Le parc est aussi le paradis des flamants roses. Il y en a des centaines et c’est sublime !

Nous avons aussi eu la chance d’assister à des scènes de chasse et de repas des lions, assez ragoûtant mais c’est la nature comme on dit.

Le paysage de ce parc est vraiment magique. Profitez-en tôt le matin, c’est votre meilleure chance d’apercevoir le sommet du Kilimandjaro avant que les nuages ne le recouvrent.

Tsavo West : parc vert et sauvage

Changement de décor pour la dernière étape de notre séjour au Kenya. A mi-chemin entre Nairobi et Mombasa (sur la côte), la région de Tsavo est une immense plaine de savane. Les parcs sont tellement grands que vous avez d’un côté Tsavo West et de l’autre Tsavo Est.

Nous avons passé trois jours au cœur du Tsavo West. Ici, les hautes herbes et les nombreux arbres obligent à passer de longues heures en voiture à la recherche des animaux. Quand la rencontre se fait, c’est l’aboutissement d’une quête et la rencontre est encore plus belle et magique !

Les curiosités du parc Tsavo West

Le Tsavo West est le parc le plus sauvage que nous ayons fait. Il y a aussi quelques curiosités. A peine arrivées, d’impressionnantes coulées de lave s’étendent à travers la savane datant de la dernière éruption du Kilimandjaro il y a 200 ans. Très surprenant.

Autre particularité de ce parc, la terre est rouge. Du coup, les animaux aussi ! C’est flagrant sur les éléphants qui adorent jouer dans la boue, « crème solaire » naturelle. On pourrait croire que ce sont des espèces différentes.

Nous avons logé au Kilaguni Serena Lodge. Un endroit sublime où le balcon des chambres et du restaurant donne sur un point d’eau, lieu de rencontre de toutes les espèces de la savane. Nous y avons passé des heures à observer tour à tour éléphants, zèbres, antilopes, hyènes…

Le Tsavo West est un parc qu’il ne faut pas manquer. Hyper sauvage, on se croirait dans Jurassic Parc ou Indiana Jones ! On vous le conseille plutôt en fin de séjour pour éviter la frustration si les animaux ne se montrent pas.

Ce voyage au Kenya en pleine pandémie avait une saveur particulière. Celle de l’audace, de la chance et du bonheur infini d’avoir rencontré les plus grands animaux de la savane chez eux. Merci à nos copains blogueurs, notamment à 3MTravel et aux Best Jobers qui ont levé nos doutes sur la destination. En voie d’extinction, le rhinocéros nous a joué des tours en ne se montrant pas lors de ce séjour au Kenya. Il faudra donc repartir (très vite) en safari !

close
Nos articles directement dans votre boîte mail 📩

10 Comments

  • Manz

    Bonjour,

    Votre séjour donne très envie! Nous aimerions y’a aller prochainement. Est ce une agence safe? Cela me fait un peu peur de payer en avance en sachant que cela représente quand même une somme conséquente?😕

    • Récits d'escapades

      Bonsoir Manz,
      Vous pouvez y aller les yeux fermés ! Éric est quelqu’un de confiance qui vous proposera un séjour sur mesure en fonction de votre envie. Nous avons voyagé avec un de ses guides Emmanuel qui était vraiment top ! Pas d’entourloupe ici 😉

  • Jones

    super votre blog ! j’ai mis le lien dans mes favoris je vais tout lire, je viens de contacter Erick et je lui ai demandé un programme similaire au vôtre sur fin août.

    c’est vous qui avez pris vos billets d’avion ou lui qui s’en charge? vous devez payer cmb de temps à l’avance? car au vu de la situation vu qu’on a reporté bcp de voyages à l’année prochaine on veut payer que si nous sommes sûr de le faire… soit au dernier moment… soit environ 15 jours avant le départ…

    merci 🙂

    bonne journée

    • Récits d'escapades

      Hello, merci pour ton commentaire 😊. Nous avons nous même acheté nos billets quelques mois avant. Pour payer, nous avons payer en CB en ligne, une fois que nous avions validé le tracé. Erick est super souple, surtout avec la période, donc tu peux lui demander ouvertement ce que tu souhaites 👍🏼. Un beau voyage en perspective avec Erick que nous recommandons , profitez en bien 😀😀

  • Laffon

    Faire un safari au milieu de cette nature sauvage fait partie de mes rêves ! Merci pour ce magnifique partage, qui ne fait que confirmer que c’est LA destination des amoureux de la nature ! Certaines photos nous donnent l’impression d’avoir le souffle coupé, comme pour ne pas déranger…..comme en plongée lorsque l’on a la chance de rencontrer des spécimens tels que les tortues, les requins, les dauphins dans leur milieu naturel où nous ne sommes que des invités, impliquant de notre part tout le respect que l’on doit à ses hôtes. Vivement les prochaines.s voyages !

    • Récits d'escapades

      Merci pour ce très beau commentaire. Le Kenya est une destination magique pour rencontrer les animaux sauvages. Si tu aimes la nature et les animaux, on ne peut que te conseiller de découvrir le Costa Rica <3 (il y a aussi un bel article sur ce blog)

  • Marieke (les 3M)

    Ohlala mais que ce voyage semble avoir été fantastique 😍. Cela me replonge effectivement dans notre propre voyage au Kenya 🇰🇪. Vos photos sont superbes en plus, on ressent parfaitement l’ambiance de ce pays 👍.
    Heureuse d’avoir pu contribuer à vous motiver au départ grâce à notre récit. Maintenant j’ai envie d’aller au Tsavo, et aussi de dormir dans des lodges ( au lieu de notre tente 😉).

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: