Svalbard #1 : un voyage extraordinaire sur les terres polaires de l’arctique

Svalbard, sur les terres polaires de l'arctique

Une aventure polaire extraordinaire au Svalbard sur l’île du Spitzberg

En 2012, Greenpeace dans une campagne faisait errer un ours polaire dans les rues de Londres pour sensibiliser à l’urgence du réchauffement climatique en Arctique. Un déclic. Un besoin vital de découvrir ces animaux dans leur milieu naturel avant qu’il ne soit trop tard !

C’est ainsi que nous avons eu l’idée, peut-être un peu folle, de partir dans le Grand Nord. Après recherches, nous décidons de décoller pour l’archipel du Svalbard, sur l’île du Spitzberg. Le point le plus proche du pôle Nord accessible au commun des mortels. 12 jours sur un voilier dans les fjords entre glaciers et icebergs, à la recherche des mammifères du Pôle Nord. Un voyage extraordinaire sur les terres extrêmes du toit du monde.

Ici, on vous explique pourquoi et comment nous nous sommes lancées dans cette aventure. Dans notre prochain article, nous vous ferons revivre jour par jour cette expédition polaire.

Avant la lecture, découvrez notre voyage au Svalbard en 4 minutes. 

Le grand nord, oui, mais comment ?

Vous le savez, nous avons pour habitude d’organiser toutes nos escapades nous-même. Comme vous pouvez l’imaginer, partir à l’aventure sur les terres polaires n’est pas si simple. Nous avons donc commencé par bien nous renseigner sur le sujet. Agences spécialisées dans les voyages polaires comme Grand Nord Grand Large ou 66° Nord. Sites internet officiels et bien sûr forums et blogs de voyage. (Bien qu’il n’y en ai peu qui traitent de ces destinations insolites).

Baie du Roi, Svalbard

Il existe plusieurs destinations pour découvrir les terres polaires arctiques. Le Groenland, l’Alaska, le nord du Canada, l’extrême nord de la Russie et l’archipel du Svalbard. Nous optons assez rapidement pour ce dernier et pour deux raisons. C’est facile d’accès depuis l’Europe et surtout c’est le seul endroit sur Terre où on compte plus d’ours blancs que d’habitants… (On en recense environ 3000). Sans surprise, c’est un peu (beaucoup) pour ça qu’on a décidé d’y aller !

Le Svalbard et son île principale : le Spitzberg.

Avant de vous raconter ce voyage incroyable, quelques mots sur notre destination. C’est aux portes de l’Europe du nord que se trouve le Svalbard, aussi connu sous le nom de Spitzberg, sa plus grande île.

L’archipel, grand comme la Belgique et la Hollande réunie, s’étale entre le 74° et le 81° parallèle et fait partie du cercle polaire arctique. A quelques centaines de kilomètres du point culminant de la planète : le Pôle Nord. L’archipel est rattaché administrativement à la Norvège, pour autant, nous sommes ici dans les eaux internationales.

Oiseau noir perché sur un glaçon de l'océan arctique, Svalbard

Un peu d’histoire…

Le Spitzberg et son archipel sont riches d’Histoire puisqu’ils servirent de base internationale aux chasseurs de baleines au 17ème et 18ème siècles. Au 19ème et 20ème, ce sont les trappeurs puis les prospecteurs à la recherche de marbre et de charbon et enfin les grands explorateurs qui y passèrent. Tout au long de notre voyage, nous avons entendu parler des histoires de baleiniers, trappeurs solitaires et autres aventuriers de l’extrême…

Quand aller au Svalbard ?

L’archipel est couvert à 60% de glaciers, véritable livre ouvert sur les bouleversements associés au réchauffement climatique.

La meilleure période pour y aller s’étend de juin à septembre. Période du soleil de minuit où la banquise s’éloigne des côtes de l’archipel et les glaces fondent petit à petit pour laisser paraître les pics rocheux et nous faire découvrir sa faune et sa flore exceptionnelles !

Nous qui nous attendions à avoir très froid, nous avons été étonnées de ne côtoyer que des températures positives. 5°C minimum. A l’inverse, en hiver, les activités sont limitées puisqu’il fait nuit 24h/24 et que la plupart des animaux hibernent avec des températures qui peuvent aller jusque -30°C.

Accéder à l’archipel du Svalbard ?

Après une escale à Oslo (retrouvez notre city trip dans la capitale norvégienne => ici), on atterri au Svalbard via la seule ville de l’archipel : Longyearbyen. Fief administratif du Svalbard, elle compte environ 2100 habitants. C’est simplement la capitale la plus au nord de la planète (rien que ça !).

Une fois atterris, vous êtes ici au royaume de l’ours polaire, super prédateur au sommet de la chaîne alimentaire. Saviez-vous que c’est le seul animal au monde qui compte l’Homme dans son régime ? Ça ne vous étonnera donc pas d’apprendre que là-bas, en dehors de Longyearbyen, il est interdit de se balader seul sans un guide armé formé à la rencontre avec l’ours. Les règles sont extrêmement strictes sur le sujet et nous ont été rappelées à de nombreuses reprises lors du voyage.

Mais alors, comment visiter le Spitzberg ?

Le décor planté, inutile de vous expliquer pourquoi nous avons choisi de découvrir l’archipel depuis la mer ! Depuis quelques années, le tourisme polaire se développe et de plus de plus d’options s’offrent aux voyageurs. Certains choisissent l’aventure extrême d’explorer le Spitzberg en Kayac et bivouac, d’autre le confort et le luxe d’un paquebot brise-glace, nous avons opté pour une croisière plus intimiste (mais super confortable) sur un voilier. Une option que nous ne regrettons pour rien au monde ! C’est un moyen extraordinaire pour explorer une grande partie de l’archipel tout en restant au plus près de la nature et des éléments.

Vue sur l'Aztec Lady devant un glacier

C’est en cherchant sur internet que nous avons trouvé l’équipage de l’Aztec Lady. Voilier d’expédition polaire français qui propose des croisières autour du Spitzberg sur les mois d’été. Nous avons contacté Antoine, son capitaine et c’était fait ! Le 12 août dernier, nous embarquions à bord de l’Aztec Lady pour 12 jours de croisière avec l’équipage -Antoine, Chloé, Ernesto- et 8 autres passagers venus comme nous découvrir les merveilles du monde polaire.

Vue sur la baie depuis l'Aztec Lady, Svalbard

C’est la première fois que nous faisions une croisière. Une expérience humaine étonnante d’autant plus fascinante dans cet endroit glacé coupé du monde. Nous avons démarré ce voyage sans se connaître. Nous sommes tous repartis un peu changés par cette aventure avec l’impression d’avoir vécu quelque chose d’incroyable tous ensemble. Sentez-vous la petite pointe de nostalgie ?

Des terres polaires hostiles et fascinantes

Ce qu’on vient chercher là-bas en se hissant tout en haut de la planète n’est pas explicable. Nous y sommes allées avec la folle envie de voir l’ours polaire de nos propres yeux. Comme ça, sans trop nous poser de question.

Nous y avons découvert un lieu hors du temps, hostile mais fascinant qui nous a confronté aux éléments. Si on dit souvent que les voyages nous changent toujours un peu, c’est peu de le dire pour celui-ci ! C’est un sentiment, une atmosphère qui émane de la roche, de la glace, du froid et surtout : du silence…

Splendeur et rudesse de ces paysages à couper le souffle, où la moindre minuscule plante met des centaines d’années à pousser au pied d’un glacier. Rien là-bas n’entrave la créativité d’une nature livrée à elle-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: