Plage de sable blanc, Nosy Iranja, Madagascar
Madagascar

Madagascar : dans le bleu paradisiaque de l’archipel de Nosy Be

Changement de décor et changement d’ambiance. Après, nos 48h chez l’habitant boostées par une expérience humaine hors du commun, nous arrivons au Paradis. Pendant une semaine, nous avons goûté au grand luxe sur les îles de Nosy Be. Décor paradisiaque, farniente au bord de la piscine et de la plage, sommeil réparateur et repas gastronomique. Nosy Be, ses îles baignées d’eau chaude turquoise et ses fonds marins digne d’un aquarium tropical. Le décor de carte postale dont nous rêvions.

Comment se rendre à Nosy Be ?

En bateau, bien sûr ! Depuis Ambanja, vous rejoignez le port d’Ankify, point de départ des bateaux vers Nosy Be. Comptez tout de même une bonne heure pour faire les 20 kilomètres. La route est défoncée mais agréable car nous passons entre plantations de cacao et paysages de mangroves.

Une fois au port d’Ankify, nous avons remercié Didi d’avoir pris les choses en main pour nous trouver une navette vers Nosy Be. C’était vraiment la foire, ça grouillait de monde et rien n’était explicite. Aucun horaire d’affiché, ni de prix. Ici, il faut mieux être avec un local pour s’y retrouver.

Le genre de bateau qu’on croise sur notre chemin ^^

Didi à réussi à négocier notre montée dans un bateau, non sans devoir « graisser la patte » du rabatteur car selon lui, nous avions trop de bagages… Didi nous laisse-là avec la promesse de revenir nous chercher 6 jours plus tard à la fin de notre séjour sur l’île.

Comptez 30 à 45 minutes de traversée, sur un bateau rapide avec une douzaine de personnes à bord. De mémoire, nous avions payé l’équivalent de 6€/pers.

Arrivées au port de Hell-Ville, c’est tout sauf accueillant… Le débarcadère ressemble à une vieille zone industrielle désaffectée. A la sortie, une horde d’hommes se ruent sur nos sacs qui étaient à l’avant du bateau, pour les porter et les remonter vers les taxis sans que nous ayons le temps de dire non. Nous manquons d’ailleurs de couler avec le ponton qui s’enfonce dans l’eau tellement tout le monde débarque du bateau en même temps. Bref, l’arrivée est chaotique mais c’est ça aussi l’aventure 🙂 .

Nous rejoignons André, notre chauffeur du jour que Didi nous avait commandé et nous quittons Hell-Ville.

A la découverte du Ylang-Ylang

Depuis le début du séjour à Madagascar, nous empruntons les chemins de traverse et les activités hors des sentiers battus. Nous étions régulièrement les seuls voyageurs dans le coin. A Nosy Be, nous retrouvons beaucoup de voyageurs étrangers. Un peu moins agréable mais il faut savoir partager la beauté du coin.

Dès notre arrivée, nous partons pour 1h30 de visite du parc Lemuria Land. Il s’agit d’un vaste parc de plus de 8 hectares présentant neuf espèces de lémuriens ainsi que de nombreuses variétés de plantes endémiques de Madagascar. Sympa pour découvrir « en vrai » les espèces de lémuriens mais cela reste malgré tout un parc animalier dédié aux touristes. Et ce n’est pas ce qu’on préfère…

Mais si nous sommes ici, c’est bien parce que nous sommes avides d’en savoir plus sur le Ylang-Ylang. Cet arbre aux belles fleurs jaunes, originaire d’Asie du Sud-Est fait le bonheur des parfumeurs du monde entier pour ses puissantes senteurs épicées. Madagascar est le cinquième producteur mondial. Ses fleurs sont cueillies dans des petits arbres qui sont taillés de sorte qu’ils restent bas et permettent aux cueilleurs d’attraper plus facilement les fleurs. Nous visitons la distillerie qui est, malheureusement au repos le jour de notre visite… La balade se termine dans la boutique du parc, ce qui nous permet de rapporter en France, quelques flacons de cet élixir.

Loger au paradis, loger à l’Heure Bleue

Enorme coup de coeur pour cet éco-hôtel au coeur d’un jardin tropical proposant des chambres avec vue sur la plage de Madirokely et sur la baie de Ambatoloaka. Les chambres sont ouvertes face à une terrasse sur pilotis qui permet d’observer le mouvement des marées dans la baie. C’est sublime. L’hôtel dispose de deux piscines, dont l’une d’eau salée et le tout est complété par un restaurant gastronomique proposant une cuisine variée et locale.

Nous logions dans la toute première cabane à gauche. Magique non ?

Pour loger ici, il faut savoir ouvrir son porte-monnaie, comptez 190€ la nuit mais qu’est-ce que c’est magique ! (Et il faut le dire, en France nous aurions payé bien plus cher…) Nous profitons pour y rester 3 nuits.

Rien à dire, c’est le paradis !

Se reconnecter à notre monde …

Nous attendions ce moment avec impatience mais également avec angoisse. Notre arrivée sur l’île de Nosy Be était synonyme de reconnexion. Après plus d’une semaine à Madagascar, nous allions de nouveau avoir accès à un réseau téléphone et à une connexion Internet. Ca n’a l’air de rien évidemment dit comme ça, mais quand votre famille et vos amis attendent de vos nouvelles, c’est précieux…

Au programme ? Prendre le temps de vivre

Cette pause dans le voyage est bienvenue. Nous en profitons à fond : balade sur la plage, lecture (dont les romans d’aventure de Jean-Christophe Rufin), repos au soleil, baignade dans la piscine et dans la mer, apéro et repas grandiose. Deux jours magiques et reposants à prendre le temps.

Une bonne adresse sur la plage de Madirokely :

  • Tsymanin Kafé, un resto de plage, tenu par un breton pour passer une soirée cocktails, tapas de mer et groupe de musique locale. Nous y avons même goûté les plus petites huitres du monde.

Nous sommes restées sur la plage pour les balades et les restos, mais il y a de nombreuses choses à explorer au-delà. N’hésitez pas à héler un tuk-tuk sur la route.

Le bonheur de dormir dans une cabane en haut d’un manguier

Pour les 3 prochaines nuits de notre séjour à Nosy Be, nous voulions un tout autre décor : la jungle ! Au domaine des hauts manguiers, nous sommes chez Jean-Marc, un architecte d’intérieur, qui a quitté Paris, il y a 12 ans pour s’installer sur ce petit coin de paradis. Nos chambres sont à l’étage d’une grande cabane installée dans les arbres. Comptez 125€/nuit pour une villa familiale pour 4 personnes.

Jean-Marc est un homme attentionné qui propose également la table. Les repas sont cuisinés avec la pêche, la cueillette et le marché du jour en fonction de nos goûts. Une adresse que l’on vous recommande !

Découvrir les magnifiques fonds marins de Nosy Tanikely

Ce qui fait l’une des richesses de l’archipel de Nosy Be, ce sont toutes les îles, « Nosy » en malagasy, abritant une faune marine incroyable.

Pour découvrir les fonds marins en plongée, nous avons fait confiance au centre de plongée Scuba. Erwan (encore un breton !), tient ce club de plongée aux plus hautes normes de sécurité et en toute convivialité. Le départ s’effectue devant le club sur la plage de Ambondrona à 8h. Le club fournit le matériel et les moniteurs sont de grands professionnels. Comptez 60€/ pers pour plonger et 20€ pour accompagner et faire du snorkelling. Nous montons à bord d’un bateau et prenons la mer pour 30 minutes de traversée jusqu’à Nosy Tanikely. Charlotte opte pour une plongée, Marie-Catherine pour du snorkelling.

La microscopique île de Nosy Tanikely est depuis 2010, un parc national marin. Ses fond marins sont tellement riches, qu’un masque et un tuba au départ de la plage sont suffisants pour en apprécier déjà une belle palette. C’est comme entrer dans l’eau du bain, tellement l’eau est limpide et chaude. Une fois la tête sous l’eau, la magie opère.

Ici, les eaux sont peu profondes entre 5 et 18 m. Charlotte plongera jusqu’à 9m pour son second baptême (après celui de la réserve Cousteau en Guadeloupe, il y a quelques années). L’eau foisonne de coraux et de poissons (poissons perroquets, poissons fusiliers…). Après la plongée de Charlotte, nous profitons du reste de la matinée en snorkelling à admirer les poissons et à suivre les tortues. Un moment magique !

Partir à la recherche des mammifères marins avec Baleines Rand’eau

Si vous aussi vous êtes fans de « gros poissons », on vous invite à poursuivre la découverte des fonds marins de l’archipel de Nosy Be avec Baleines Rand’eau ! Engagés pour la protection et la sensibilisation à la biodiversité marine de Nosy Be, Tanguy et son équipe de passionnés de la mer organisent des sorties guidées. En fonction de la saison, vous pourrez rencontrer des baleines, dauphins, tortues et le plus attendu de tous : le requin baleine.

Nous avons opté pour le rand’eau safari marin – Nosy Iranja. Au programme, une matinée à la recherche des mammifères marins présents à cette période de l’année et une après-midi sur la magnifique Nosy Iranja. Rendez-vous à 8h sur la plage de Madirokely et c’est parti pour une excursion magique en mer !

Après quelques minutes sur l’eau, nous avons la chance, de croiser six grands dauphins bleus, la plus grande espèce de dauphin au monde. Il peut mesurer jusqu’à 3 mètres. On enfile notre masque et nos palmes et hop à l’eau. Oui oui, nous avons nagé avec ces géants mammifères (mais interdiction de s’approcher trop près). Excitant et effrayant à la fois. Guillaume, notre guide pour la journée, nous explique que nous assistons à une parade nuptiale.

Un peu plus loin, ce sont des dauphins longs becs devant le bateau, qui jouent dans les vagues. On se remet à l’eau. Approcher les dauphins, un rêve de gosse qui se réalise !

Fouler le paradis à Nosy Iranja

En fin de matinée, nous débarquons sur Nosy Iranja. Si le paradis à un nom, c’est bien celui-là. Deux îlots reliés par un banc de sable blanc de 1,2km. Avant d’amarrer sur la plage, on plonge avec les énormes tortues vertes qu’on aperçoit déjà depuis le pont du bateau tellement l’eau est transparente.

On traverse le petit village où de nombreuses bicoques sont transformées en magasin qui vend de l’artisanat local.

On déjeune dans une cabane sur la plage avant de profiter du début d’après-midi dans l’eau chaude de notre bain, la mer est ici à 28°C. Le sable a la texture de la frangipane, on n’a jamais vu ça ! L’endroit est tellement magique qu’on a l’impression d’être dans un paysage de carte postale, presque seules au monde.

En milieu d’après-midi, c’est déjà l’heure de remonter à bord du bateau pour rentrer à Nosy Be après 1h30 de navigation. Sur le chemin du retour, nous croisons les doigts pour apercevoir le souffle d’une baleine mais sans succès… ça sera pour une prochaine fois (et c’est vrai 🙂 ) !

Nosy Be, la promesse d’un paradis où la nature est encore préservée. Nous y avons vécu des moments merveilleux de repos et de découverte, émerveillées par la beauté des fonds marins qui restent parmi les plus beaux que nous ayons eu la chance de voir.

Et maintenant, on reprend la route en taxi brousse direction une autre merveille naturelle de Madagascar => les Tsingy.

close
Nos articles directement dans votre boîte mail 📩

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: