Diego Suarez, Madagascar
Madagascar

Madagascar : la région de Diego-Suarez entre Montagne d’Ambre et mer d’émeraude

Après la découverte des Tsingy, merveilles géologiques de Madagascar, nous voilà dans la région de Diego-Suarez. Nous sommes déjà à la moitié de notre voyage quand nous arrivons à Diego Suarez, la plus française des villes malgaches. Deux excursions sont au programme : une journée sur la mer d’Emeraude et une randonnée dans le Parc National de la Montagne d’Ambre.

Duo de baobabs sur la route de Diego-Suarez.

Diego-Suarez, la plus française des villes malagasy

Diego Suarez, Antisiranana en malgache, est la première « vraie » ville que l’on croise. Les bâtiments sont construit et il y a même des magasins ! Ça peut paraître ridicule mais ça nous a vraiment marqué. Diego Suarez est la plus grande ville du nord de Madagascar. Sa baie longue de 156 km à la réputation d’être la deuxième baie du monde après celle de Rio.

Diego Suarez, Madagascar
Vue sur le pain de sucre de la baie de Diego.

Il règne ici une atmosphère particulière entre les vieilles bâtisses coloniales et les plaques de rues françaises. La ville porte encore la mémoire du passé colonial. Pendant plus d’un siècle jusqu’en 1973, la ville servit de port à la flotte française. Aujourd’hui encore, c’est un des ports les plus important de l’océan Indien qui sert à l’exportation du café, du cacao, de l’ylang-ylang, de la canne à sucre et du poivre noir notamment.

C’est ici que nous avons trouvé le seul supermarché de notre séjour. ^^ Il y avait du vin, du saucisson, un semblant de baguette et même du camembert ! Inutile de vous dire à quel point nous avons apprécié le petit-déjeuner presque 100% frenchy que nous nous sommes créés ! (Après déjà presque 3 semaines de voyage, ça fait plaisir).

Plaque de rue française, Diego Suarez, Madagascar

Nos bonnes adresses à Diego-Suarez :

Evasion à la Mer d’Emeraude, qui porte bien son nom !

Après un réveil aux aurores (4h du matin, ça pique …), nous partons direction la plage de Ramena à l’extrême nord-Est de Diego-Suarez. Nous montons avec un équipage à bord d’une grande embarcation à voile. A quelques minutes de traversée, l’eau change radicalement de couleur pour devenir vert/bleu émeraude et laisser place à une mer entièrement turquoise sur plusieurs km : très impressionnant ! C’est dans ce décor que nous avons débarqué sur une plage de sable fin totalement déserte.

La mer d’Emeraude est un véritable paradis pour les amoureux de plages désertes aux eaux turquoises. Une mer dans la mer à la limite de la barrière de corail. Au programme de notre journée : baignade et farniente. Un déjeuner de poisson fraîchement pêché nous est même servi sous les paillotes de la plage. Vous l’aurez compris, un vrai petit paradis !

Marie-Catherine teste le maquillage traditionnel malagasy.

Un conseil : vérifiez la météo avant de partir, la traversée d’environ 1h30 n’est pas de tout repos. Surtout l’après-midi sur le retour lorsque la mer est formée, cela peut être houleux entre les creux de vagues ! On s’en souviendra ! Sauf Marie-Catherine, qui a réussi malgré tout à s’endormir sur le petit bateau, bercée par la houle (elle dort décidément n’importe où…).

Dans la forêt tropicale de la Montagne d’Ambre

Le lendemain, changement de décor direction le Parc National de la Montagne d’Ambre situé à environ 40 km au sud-ouest de Diego-Suarez. Le parc est en fait une forêt tropicale humide qui culmine à plus de 1 400 m sur un vieux massif volcanique. Pour y accéder nous traversons la petite bourgade de Joffreville, fondée en 1903 par le Maréchal Joffre.

A peine arrivées au Parc National de la Montagne d’Ambre, on se laisse surprendre par son aspect verdoyant et tropical. On ne s’attendait pas à ce type de forêt à Madagascar. (On se serait « presque » cru parachutées dans une forêt du Costa Rica.) Nous partons donc pour une randonnée 100% nature avec Flavie, notre guide naturaliste pour la journée.

Entre cascades et végétation luxuriante, Flavie nous fait découvrir la faune et la flore incroyable du parc. Ici vit plus de 1 000 espèces végétales, 7 espèces de lémuriens, 36 de papillons, 77 d’oiseaux, plus de 50 reptiles et bien sûr, des caméléons !

Mais quelle est cette espèce animale ? 😋

Nous découvrons des arbres incroyables comme l’eucalyptus spongieux. Un arbre dont l’écorce a le toucher d’une éponge. Étonnant ! Flavie nous explique également la raison de l’appellation « Montagne d’Ambre ». Cela vient d’une espèce d’arbre, le « Ramy », très présente ici et dont la résine fossilisée devient couleur ambre. Ceci explique donc cela.

Le Parc est aussi parsemé de lacs et cascades. Encore une fois, on semble seules au monde dans cette forêt.

A la recherche du plus petit caméléon du Monde…

Flavie nous met ensuite au défi de trouver le plus petit caméléon du monde : le Brookesia minima. Il mesure moins de 2 cm et vit au sol ou sur les branches basses de la forêt. Il est vraiment minuscule. On a mis du temps, mais nous l’avons trouvé ! Voyez plutôt ci-dessous. Incroyable non ?

Danser dans une fête traditionnelle malagasy

Notre séjour à Diego-Suarez s’est achevé sur une note festive. Par hasard, nous tombons sur une fête traditionnelle malgache de rue. Prises dans l’ambiance, on se retrouve à danser au cœur de la foule. Ce n’est qu’après que nous apprendrons que nous avons participé à la célébration d’une circoncision. On a encore du mal à s’en remettre 🙂 !

Cherchez Charlie =) ou plutôt Charlotte et Marie-Catherine =P

Diego-Suarez, une halte agréable et parfaite pour découvrir les sites incontournables et incroyables du nord de Madagascar.

Nous montons ensuite dans un tout petit avion direction => Sambava sur la route de la Vanille et le Parc de Marojejy.

2 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: